Bercy vous doit-il de l’argent cette année?

Le temps est venu de finaliser (ou de commencer si votre phobie administrative a eu raison de votre motivation) votre déclaration de revenus 2018.

Malgré le passage au prélèvement à la source depuis le 1er janvier 2019, les revenus de l'année précédente devront toujours être dûment déclarés, chaque année, au printemps. L'année 2018, dite de transition, ne fait pas exception.

Une année fiscale pas si blanche

Pour les contribuables touchant uniquement des revenus récurrents (salaires, pensions, retraites), l'imposition des revenus 2018 sera effacée par une mesure exceptionnelle afin d'éviter une double-imposition en 2019.

Cela ne signifie pas pour autant que l'année 2018 puisse être oubliée par les contribuables: outre l'obligation déclarative qui est maintenue, Bercy taxera également les revenus considérés comme exceptionnels.

Sans entrer dans les cas particuliers qui concernent primes, versement d'arriérés de salaires et autres revenus locatifs, sachez que les épargnants font majoritairement partie des heureux contributeurs "exceptionnels" au budget de l'Etat au titre l'année 2018.

En effet, les intérêts, dividendes et plus-values générés par vos placements en 2018 seront imposés en 2019.

La seule marge de manœuvre qu'il reste aux contribuables est dans le choix de l'imposition à hauteur de la flat tax (12,8%), ou au barème progressif de l'IR. Le second cas, généralement uniquement intéressant pour les contribuables dont le taux marginal d'imposition est inférieur à 30%, est possible sur option; le prélèvement forfaitaire restant la norme.

 

Comment effacer ses impôts 2018 grâce au crowd-funding

Vous le voyez, les belles promesses concernant l'absence de double imposition en 2019 ne s'appliqueront pas aux citoyens qui ont eu l'outrecuidance d'épargner pour leurs vieux jours. Ceux-ci seront taxés cette année pour leurs revenus 2019 et leurs revenus d'épargne 2018.

La bonne nouvelle est que l'avantage fiscal au titre de l'investissement dans les PME (dispositif dit "Madelin") est maintenu.
Si vous avez souscrit à une ou plusieurs augmentations de capital menées par des entreprises éligibles, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôts de 18% du montant investi.

La plupart des jeunes entreprises européennes présentées sur les plates-formes françaises sont éligibles au dispositif. Vous pouvez contacter les intermédiaires financiers pour leur demander de clarifier, au cas par cas, l'éligibilité des dossiers auxquels vous avez participé.

Pour la plupart des contribuables, la somme des souscriptions doit être reportée en case 7CF de la déclaration 2042-C (déclaration de revenus complémentaire).

 

Et l'année prochaine?

Selon Bercy, le dispositif de réduction d'IR devrait être maintenu et son taux porté à 25%.
Rappelons que le passage du crédit d'impôts de 18% à 25% avait déjà été annoncé pour 2018, mais n'avait jamais été entériné... espérons que la promesse soit, cette fois-ci, tenue!

Nous vous tiendrons bien évidemment informés des évolutions législatives et vous donnons rendez-vous dans un an pour découvrir les subtilités de la déclaration 2020 des revenus 2019.

D'ici-là, nous espérons que vos investissements dans l'économie réelle vous vaudront une baisse de la double-imposition cette année et, pourquoi pas, un petit chèque de Bercy s'ils ont été importants.

Un dernier mot: en cette période de déclaration de revenus, les plates-formes de financement participatif aiment à jouer sur l'agacement des contribuables et mettent plus que jamais en avant la réduction d'impôts Madelin lors des appels à souscription. Nous vous conseillons de rester sourds à ces appels: un mauvais investissement, même défiscalisé à hauteur de 25%, ne vous rapportera jamais d'argent. Ne financez que des entreprises dans lesquelles vous auriez suffisamment confiance pour investir même en l'absence de tout crédit d'impôts!

Nous serions ravis d'avoir votre avis

Donnez votre avis

Inscription Gratuite
Réinitialiser le mot de passe