Faut-il participer aux IPO de start-ups?

Notre dernière e-letter ne vous a pas laissés indifférents. Suite à l'article sur les IPO, vous avez été nombreux à nous poser la question de leur intérêt pour les investisseurs particuliers.

S'agit-il d'un moment privilégié pour entrer "sur le tard" dans les dossiers prometteurs?

Il est vrai que la question se pose. Le parcours des stars de la cote commence toujours par une IPO.
Si vous aviez acheté 1 action Apple en 1980 à 22$ par action, vous auriez aujourd'hui, par le jeu des détachements successifs, 56 actions à 197$ pièce. Vous auriez ainsi multiplié votre mise par 500 en moins de 40 ans.

Lorsque l'on regarde le parcours boursier de Facebook, Microsoft et autres Amazon, il peut être tentant de se jeter sur les IPO des leaders dans une optique d'investissement de long terme. La tentation est grande sur l'action Lyft, elle le sera autant lors des introductions en Bourse d'Uber et autres AirBnB.

 

Soyez prudents si vous ne savez pas qui est le pigeon

Les joueurs de poker ont un adage bien connu: "Si vous ne savez pas qui est le pigeon à la table où vous jouez, c'est que vous êtes en train de vous faire plumer".

Le même principe s'applique à toutes les transactions financières. Lorsque vous achetez un bien immobilier, ou le moindre objet dans une brocante, vous pouvez connaitre les raisons qui poussent le vendeur à s'en séparer. La plupart du temps, ces accords sont gagnants-gagnants: si, la soixantaine passée, vous revendez votre planche à voile à un jeune actif, il est probable qu'il en ait plus l'usage que vous.
En l'absence de malhonnêteté du vendeur, il est facile d'évaluer la valeur qu'aura le bien pour vous, et de décider en conséquence du prix que vous êtes prêt à mettre pour l'acquérir.

Sur les marchés cotés, vous ne connaissez pas le vendeur. Vous ne voyez que le carnet d'ordre, et pouvez décider d'acheter (ou non) une action à un prix donné à un instant T.

Habituellement, vous achetez vos actions à de parfaits inconnus. Contrairement à ce que la théorie du jeu à somme nulle prétend, les échanges boursiers ne font pas nécessairement un gagnant et un perdant car vous n'achetez pas toujours vos actions à des vendeurs qui anticipent une baisse.

L'achat d'un nouveau bien immobilier, le financement des études des enfants, un départ à la retraite: tous ces événements de vie sont des moments légitimes pour dégager des liquidités et réaliser quelques actifs. Si vous achetez à un vendeur qui se trouve dans ce type de situation, votre transaction est probablement gagnant-gagnant: vous investissez sur le long terme et apportez du cash à une personne qui en a un besoin immédiat.

 

Pourquoi acheter à quelqu'un qui n'a aucune raison de vendre?

Dans le cas des IPO de start-ups, le contexte est différent. Vous achetez (soit directement soit indirectement par le jeu de l'émission d'actions nouvelles) vos titres aux investisseurs de la première heure.

Sur le papier, tout est beau: vous financez une entreprise en pleine croissance.

Comment, pourtant, le justifier dans le cas de start-ups qui n'en sont plus puisqu'elles opèrent déjà depuis des années, ont parfois une trésorerie conséquente et plusieurs millions d'utilisateurs?

Avant d'investir sur des valeurs mobilières, posez-vous toujours la question: pourquoi le vendeur a t'il intérêt à vendre ses titres? Lorsque le capital est détenu par des fonds d'investissement qui ne sont pas proches de la date prévue de liquidation, il n'y a souvent pas d'autres raison que celle de matérialiser une plus-value au meilleur moment pour eux.... et donc au pire moment pour vous.

Pensez-y: vous achetez des actions à des personnes qui connaissent tous les rouages de l'entreprise, qui la suivent depuis des années, n'ont pas besoin de liquidité immédiate, et qui pourtant décident de vous vendre leurs titres.

Est-ce que cela semble une bonne affaire pour vous?

Les parcours boursiers de Snap (-80 % en deux ans), GoPro (-92% en 3 ans), et autres FitBit (-87 % en trois ans) le prouvent: les acheteurs lors des premiers mois de cotation sont souvent les dindons de la farce.

Parcours boursier typique post-IPO d'une "start-up prometteuse". Ici: GoPro.

A la recherche des plus-values certaines

Ou se trouvent donc les plus values? Avant l'introduction en Bourse.

Quelle que soit l'évolution boursière, aléatoire mais souvent baissière, des valeurs fraichement cotées, ceux qui s'en sortent le mieux sont les investisseurs de la première heure qui ont acquis leur participation avant l'arrivée du titre sur les marchés cotés.

C'est pour cela que nous concentrons nos analyses sur les entreprises qui lèvent des fonds de manière transparente, et pour de bonnes raisons. Financer la croissance d'une entreprise reste le métier premier d'un investisseur. Ce n'est possible que lorsque l'entreprise n'a pas atteint le pic de son activité, a de réelles perspectives de croissance et un business-model sain.

Autant de qualités qui font défaut à Lyft, Snap, et autres start-up conçues pour être des feux de paille, et que vous trouverez dans les pépites moins médiatiques que nous dénichons régulièrement.

Nous serions ravis d'avoir votre avis

Donnez votre avis

Inscription Gratuite
Réinitialiser le mot de passe