Uber et Lyft font la course à l’IPO

En début de mois, Lyft a officialisé son intention de s'introduire en Bourse et a déposé en ce sens un dossier auprès du régulateur américain (la Securities and Exchange Commission).
Selon les analystes, l'IPO devrait avoir lieu durant la première moitié de 2019. A ce jour, ni la valorisation, ni le prix par action n'ont été divulgués.
Sachant que l'entreprise était valorisée 15 Md$ lors du dernier tour de table, et que les nouvelles sont plutôt bonne pour le 1er concurrent d'Uber, il y a fort à parier que ce chiffre sera revu à la hausse si l'IPO parvient à son terme.

Une fois de plus, le trublion du secteur a forcé le leader à réagir. Le New York Times a annoncé en fin de semaine dernière qu'Uber aurait également déposé un dossier préliminaire auprès de la SEC.
Impossible de ne pas remarquer la simultanéité de ces projets d'IPO: sur la route comme en Bourse, Uber et Lyft jouent des coudes pour arriver à leurs fins.

 

Plus de 100 Md$ à trouver sur les marchés

Les projets d'IPO d'Uber et Lyft arrivent à un moment particulièrement délicat sur les marchés. Même s'il n'est pas (encore) question de parler de manque de liquidité, les grosses mains sont structurellement vendeuses depuis plusieurs mois.
Les Bourses dans leur ensemble, et plus particulièrement les valeurs technologiques, sont clairement orientées à la baisse. Il faudra donc arriver à convaincre les investisseurs que ces deux entreprises, parmi les plus connues de l'Internet des années 2010, ne sont pas en fin de cycle mais bien au début d'une formidable croissance.

Le défi n'est pas mince.

Comme nous le disions plus haut, la valorisation de Lyft devrait en toute logique être supérieure à 15 Md$. Si ce chiffre ne vous dit rien, sachez qu'il représente l'équivalent de la capitalisation boursière de Bouygues, ou de Carrefour. Dans un contexte où les investisseurs n'acceptent plus de payer des actions d'entreprise sur des ratio prix/bénéfices délirant, il n'est pas garanti que les titres Lyft trouvent preneur à ce prix... et la pilule sera encore plus dure à faire avaler pour les actions Uber.
Selon Engadget, Uber viserait une valorisation de 120 Md$ - alors qu'elle était de 72 Md$ lors de son dernier tour de table. Le géant sera donc confronté à un double défi: il lui faudra justifier de cette valorisation stratosphérique et parvenir a regrouper suffisamment de liquidités pour que l'IPO soit un succès.

Le moindre accroc (baisse du prix d'émission, manque d'investisseurs intéressés) serait un très mauvais signal pour ces entreprises qui aspirent à être les GAFAM du XXIe siècle.

 

Une aubaine pour les actionnaires

Dans tous les cas, les grands gagnants seront les actionnaires de la première heure. S'il semble compliqué de conseiller d'acheter des actions Lyft ou Uber une fois qu'elle seront cotées vu les valorisations attendues, il est certain que les actionnaires initiaux auront tout intérêt à céder une bonne partie de leurs participations dès qu'ils en auront la possibilité.

Lors d'un récent tour de table en 2013, Lyft avait levé 60 M$ pour une valorisation de l'ordre d'un demi-milliard de dollars. Aujourd'hui, l'entreprise espère être valorisée au bas mot 30 fois plus!
Même son de cloche chez Uber, qui levait un petit million de dollars auprès de Business Angels en 2010 avant de faire un premier tour de table plus conséquent de 11 M$ en 2011. Nul doute que les Business Angels qui sont entrés suffisamment tôt au capital apprécient de voir la valorisation de leur entreprise multipliée par 10 000 en à peine 7 ans.

Pour eux, peu importent les aléas de la Bourse: leur investissement non-coté a suivi son petit bonhomme de chemin, et ils pourront bientôt liquider leurs positions et laisser leurs titres aux spéculateurs qui prendront des risques pour espérer gagner quelques pour-cents sur leur ligne.

Nous serions ravis d'avoir votre avis

Donnez votre avis

Inscription Gratuite
Réinitialiser le mot de passe